,

Suzy Martin, Ma grand-mère peintre.

Bonjour à tous,

Je vous parle très souvent de ma grand-mère bien aimée, Suzanne Martin, alors je souhaitais aujourd’hui la mettre à l’honneur dans cet article qui lui sera entièrement dédié.

Pour ce faire, nous allons remonter jusqu’en 1927, lorsque l’Algérie était française (1830-1962). Vous êtes prêts ? Un peu d’histoire ne fait pas de mal, surtout que je trouve ça vraiment intéressant. J’ai entendu cette histoire des millions de fois, et je ne m’en lasserai jamais. De ma vie.

Suzanne Comte, Suzy pour les intimes, est née à Oran, en Algérie, le 17 Mars 1927. Elle aura une sœur, Madou, qui naîtra le 25 Décembre 1930. Ce fût le plus précieux de ses cadeaux de Noël, croyez-moi.

Dès son plus jeune âge, Suzy dessine, peu importe où elle se trouve.

Son père tenait un magasin de dattes, dit « le fruit du soleil », et elle l’aidait beaucoup : c’est elle qui s’occupait de l’organisation des envois des colis.

Pendant toutes ces années, Suzy ne pensait pourtant qu’à une chose : s’inscrire aux Beaux-arts d’Alger. Et son vœu fût exaucé : ses parents l’aideront pour qu’elle y étudie durant 1 an, seule. C’est d’ailleurs cette année-là qu’elle eût son premier diplôme, ainsi qu’un grand prix très reconnu dans le monde de l’art, le prix Hors concours aux Beaux-art. Vous vous rendez compte ? Les artistes devaient représenter un esclave de Michel Ange, dessiné au fusain.

L'ESCLAVE REBELLE

Par la suite, elle rencontra Roger Martin, mon grand-père. Ils se connurent au mariage d’un cousin de Roger. Leurs mères respectives les ont fait se rencontrer au détour d’une conversation :  » Ah tiens, j’ai deux filles ! », « Oh, c’est vrai ?! Et bien moi, j’ai deux garçons. On va les présenter les uns aux autres ! ». Et deux – trois danses plus tard, Roger raconta à Suzy qu’il dessinait. Suzy riait : « Moi aussi ! Je dessine ! ».

Dans la semaine qui suivit, Roger leur rendit visite avec, sous le bras, des rouleaux de dessins… mais pas n’importe lesquels. Lorsqu’il arriva à la maison des parents de Suzy, il compris qu’ils n’avaient pas parlé du même « style » de dessins. Il y avait eu un grand malentendu puisqu’il admirait aux murs de la maison des tableaux et des dessins. Ils n’avaient absolument rien à voir avec ce qu’il avait apporté de son côté : des plans de géomètre….!!! Ils ont bien rit, ce jour-là, autour d’une bonne anisette (of course).

Roger Martin, par Suzanne Martin.

C’est à ce moment-là que leur romance commença : Roger l’emmenait à des fêtes du village, ils dansaient. Un jour, alors qu’ils rentraient de l’une d’elles en auto, Roger s’arrêta. À l’intérieur de sa petite voiture, il fit sa déclaration. Il lui annonçait qu’il l’aimait, ces mots si magiques. Le « je t’aime » doux et très important, puisqu’à l’époque, il voulait dire « Je te veux pour femme ».

Et ils se marièrent le 27 Juin 1957. ♡

Ils habitèrent à Meknes, au Maroc, mais étant donné que Roger était géomètre, ils voyageaient beaucoup. Suzy me raconte qu’elle a dans la tête des souvenirs de très beaux voyages, avec des singes qui criaient tout autour d’eux, bref, des escapades comme on en a jamais vécu, du moins de mon côté !

Par la suite, ma grand-mère eût deux beaux enfants : Ma petite maman, et mon parrain.

En 1962, la guerre d’Algérie se termina. À l’époque, ma mère n’a que 4 ans, et mon oncle, 11 ans. Ce sont des dates importantes de la guerre d’Algérie : 1954 -1962. Je vous passe les détails, mais Suzy et Roger touchent le sol français le 14 Juillet 1962, à Étoile, où toute la famille se réunira bientôt. Parents, sœurs, maris et enfants, dans une vieille ferme. La joie des retrouvailles, après le déchirement d’un « rapatriement ». Quitter son pays a été la plus grande épreuve de sa vie, évidemment.

Au fils des années, Suzy devient professeure de dessin dans des écoles de formation pour professionnels, ainsi que dans des associations, des MJC, etc. Elle formait des peintres, à Valence. Elle se dévoue entièrement à sa profession ainsi qu’à ses élèves. Mais elle a aussi continué à étudier et à travailler aux Beaux-arts de Valence avec un grand professeur, Monsieur Bell !

Tant d’année de dessin, de peinture, de peinture sur soie, de couture, de poterie…Elle a été aussi une très bonne pianiste. Elle sait absolument tout faire ! Elle a emmagasiné des tonnes d’œuvres dans son salon et ça donne un peu un effet de caverne d’Ali Baba. Je suis en amour à chacune de mes visites car je découvre toujours quelque chose de nouveau ! C’est une folie !

Aujourd’hui, Suzy a 93 ans. C’est ma légende à moi ! Mon grand-père n’est plus à nos côtés depuis 2004 malheureusement.

Petite photo de 2019, puisque cette année et à cause du confinement, elle a dû fêter son anniversaire seule.. 😭

Et ci-dessous, vous trouverez quelques dessins, quelques tableaux, quelques photographies. Rien n’est plus important pour moi que des souvenirs.

Et puis, chez moi :

Petite photographie surprise : Ma mère, ma grand-mère, et moi-même.

On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés. Et bien, c’est une réalité ! Alors j’ai voulu arranger un temps soit peu mon cas et me créer le plus beau souvenir à leurs côtés. Cette photographie, c’est la prunelle de mes yeux. Elle est agrandie et encadrée dans mon salon !

Et voilà, c’est tout pour cet article. j’espère de tout mon cœur que cela vous aura fait plaisir de « rencontrer » cette femme dont je vous parle tant.

Je vous embrasse,
Bien à vous,

Laurelene Gervasi.

PREV